Un portrait d’Agnès par Igor Petroff

Mémoire de mon présent (Série 3 / épisode 04) – Nocturnes de Laude – par Igor Petroff


 » Agnès

Encore une dame, me direz-vous ! Qu’y puis-je, si le dynamisme se conjugue au féminin dans la France d’aujourd’hui. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Si le phénomène n’est pas encore perceptible au niveau politique, c’est peut-être simplement que l’essentiel ne se passe plus dans ce monde-là.

Je ne pratique aucun ostracisme et ma porte est ouverte à tous ceux ou celles qui avancent et prennent des initiatives. Et pour mon plus grand plaisir, je suis amené à rencontrer une large majorité de femmes. Cette généralisation est probablement abusive. Après tout, mon expérience ne peut prétendre se fonder sur la loi des grands nombres. N’empêche …

Donc, Agnès.

Agnès est passionnante. J’avais fréquenté sa mère ou plutôt ses écrits lorsque j’étais veilleur de nuit à la bibliothèque du CERM, (Centre d’Etudes et de Recherches Marxistes), durant ma période étudiante. Sa fille a délaissé les chemins arides de l’analyse économique mais elle s’est investie dans l’humain ou plus précisément dans les moyens de favoriser le déploiement du potentiel de tout un chacun.

Chanteuse, comédienne, pianiste, auteur interprète, metteur en scène, il était naturel qu’elle se consacre au développement des artistes. J’ignore les circonstances de sa rencontre avec la technique Alexander, mais pour une artiste convaincue de la nécessité d’établir « un vrai dialogue entre la pensée et le corps », la création à Paris d’un Centre de Formation à la Technique Alexander constituait une étape logique. Et comme, elle a manifestement l’esprit d’entreprise, elle ne pouvait que surmonter les innombrables et quotidiennes difficultés inhérentes à la création de toute entreprise.

Nous avons discuté une petite heure, rue de l’Aude, et nous sommes quittés à regret (pour ce qui me concerne, c’est certain). Évidemment, je me suis documenté en visitant son site Web. Je vous recommande, à ce propos, une pépite cachée dans ce dernier : neuf minutes de pure émotion.

Un extrait de « la voie humaine » de Poulenc avec Camille Poul, soprano / Jean Paul Pruna, piano / Agnès de Brunhoff, présence scénique.

Je sais que vous posez la question : quels charmes magiques ai-je du développer pour attirer Agnès chez moi ?

Réponse : le bouches à oreilles. Perceval, le violoniste du Trio Atanassov, coaché par Agnès, m’a appelé pour me demander si j’accepterais d’héberger un événement organisé par le CFTA à l’occasion de la publication du prochain livre d’Agnès.

Le Trio Atanassov sera en concert aux Nocturnes de Laude le 7 avril et la présentation de la méthode Alexander et du livre d’Agnès se tiendra le 10 juin.

Et pour écouter les chansons d’Agnès, c’est ici.